Naruto Shippuden

Posté par mangas1994 le 12 mars 2011

L’histoire de Naruto se déroule dans un monde rétro-futuriste où, bien que de nombreuses technologies modernes aient vu le jour, les ninjas et, dans une moindre mesure, les samouraïs sont restés de véritables puissances militaires. Regroupés en villages plus ou moins puissants depuis un peu moins d’un siècle, les ninjas se livrent à une guerre parfois ouverte parfois « froide » entre les différentes factions depuis plusieurs siècles.
L’un des atouts dont ils disposent dans ce conflit est le groupe de neuf créatures, appelé les Démons à queues, qui peuvent être absorbées par les humains après une cérémonie sacrificielle afin qu’ils disposent de leur puissance. Douze années avant le début du récit, l’une de ces créatures, appelée Kyûbi, a été capturée et implantée dans un nouveau-né nommé Naruto Uzumaki par le quatrième Hokage du village de Konoha.
Synopsis
L’histoire commence pendant l’adolescence de Naruto, vers ses douze ans. Orphelin, éternel cancre et grand farceur, il fait toutes les bêtises possibles pour se faire remarquer. Son rêve : devenir Hokage afin d’être reconnu par les habitants de son village. En effet, le démon scellé en lui a attisé la crainte et le mépris des autres villageois, qui, avec le temps, ne font plus de différence entre le Kyûbi et Naruto. Malgré cela, Naruto s’entraîne dur afin de devenir genin, le premier niveau chez les ninjas. Après plusieurs essais, il arrive finalement à recevoir son bandeau frontal de Konoha et la promotion qui va avec. Il est alors inclus dans une équipe de trois apprentis ninjas, avec Sakura Haruno et le talentueux Sasuke Uchiwa. Peu après, ils rencontrent leur jōnin, celui qui s’occupera de leur formation : le mystérieux Kakashi Hatake.
Au début craint et méprisé par ses pairs, il va peu à peu monter en puissance et gagner le respect et l’affection des villageois grâce notamment aux combats dantesques qu’il remportera face aux ennemis les plus puissants de Konoha parmi lesquels se trouvent plusieurs anciens villageois. Peu à peu, les sombres desseins de domination mondiale de l’un d’entre-eux se dessinent.

Personnages
Le début de l’histoire se centre sur quatre personnages principaux : Naruto Uzumaki bien évidemment, mais aussi Sakura Haruno, Sasuke Uchiwa et leur sensei Kakashi Hatake, présents dans presque tous les premiers chapitres du manga et protagonistes de ceux-ci.
Par la suite, de nouveaux personnages font leur apparition, comme les Sannin, trois ninjas légendaires qui deviendront les mentors des trois élèves dans la nouvelle génération et introduisant leur séparation. Naruto l’hyperactif suivra Jiraya, ninja pervers au grand cœur, ancien maître du Quatrième Hokage ; Sakura, plus calme, suivra la formation de guérisseur de Tsunade ; Sasuke le surdoué deviendra le protégé d’Orochimaru, considéré comme un génie, il est néanmoins un criminel recherché pratiquant des expériences interdites et veut s’emparer du corps de Sasuke.
Au fur et à mesure du développement de l’intrigue, de nouveaux personnages apparaissent, devenant les rivaux (Gaara, Rock Lee …), les alliés (Shikamaru Nara, Hinata Hyuga …) ou les grands ennemis, tels les membres de l’Akatsuki, organisation obscure de ninjas déserteurs et très puissants.

Univers
Le monde dans lequel se déroule le récit a un aspect rétro-futuriste mélangeant des éléments de la civilisation septentrionale moderne et des éléments traditionnels est-asiatiques.
Le continent sur lequel se passe le récit au travers des différentes adaptations est constitué de plusieurs pays ayant de nombreuses fois été opposés par le passé. Cinq super-puissances, nommées d’après les cinq éléments japonais, se détachent parmi ceux-ci : le pays du Feu, celui de l’Eau, celui de la Foudre, celui de la Terre et celui du Vent. Les ninjas, et dans une moindre mesure les samouraïs, y forment de véritables puissances militaires et sont regroupés en villages.
L’univers de Naruto est issu de nombreuses influences, les protagonistes principaux sont des ninjas animés d’une force spirituelle appelée chakra, qui leur permet d’utiliser toute une palette de techniques de combat (jutsu) fictives, variant selon l’utilisateur. En complément à cette originalité, l’apparence de ces ninjas est loin des stéréotypes habituels du Japon féodal auxquels la série emprunte cependant de nombreuses notions, les mélangeant avec certaines venues du shintoïsme, du bouddhisme, ou même du taoïsme et de l’hindouisme.

Un succès international
Le manga à succès
Dans l’ensemble, Naruto a été bien accueilli au Japon et aux États-Unis comme dans le reste du monde. Lors de la sortie du volume 36 en 2006, le manga s’était déjà écoulé à plus de 71 millions d’exemplaires au Japon1, tandis qu’en 2008 le chiffre s’élevait à 89 millions2. En 2008, le volume 43 s’est vendu à plus d’1,1 millions d’exemplaires et fut la 8e meilleure vente de l’année dans la catégorie bandes dessinées au Japon. Les volumes 41, 42 et 44 figurent également parmi les vingt premiers, mais sont moins bien classés que le volume 433. Au total, le manga s’est vendu à 4 261 054 exemplaires au Japon en 2008, devenant ainsi la deuxième série la plus lue dans le pays4. Lors du premier semestre 2009, Naruto se classait comme la 3e meilleure vente de manga au Japon, vendu à 3,4 millions d’exemplaires5. Durant cette période, le volume 45 s’est hissé au 5e rang avec 1,1 millions d’exemplaires vendus, tandis que le volume 46 s’est classé 9e, après s’être à vendu 864 708 exemplaires, et le volume 44 à la 40e place6. Naruto est aussi l’un des plus grands succès de VIZ Media, son éditeur aux Etats-Unis7, et représente près de 10 % de ses ventes de mangas en 20068. En France, le tome 34 s’est hissé à la 5e place dans le classement 2008 des meilleures ventes de BD publié par Livre Hebdo/Ipsos, en se vendant à 133 000 exemplaires. Les tomes 35 et 36 figurent dans le top 10 aux 8e et 10e places et se sont vendus à 123 000 exemplaires pour le numéro 35 et 118 000 exemplaires pour le numéro 369.
En avril 2010, la Shūeisha a annoncé que les ventes totales pour la série au Japon avaient dépassé les cent millions10, faisant de Naruto la cinquième série de l’éditeur à franchir ce cap après Kochira Katsushika-ku Kameari Kōen-mae Hashutsujo, Dragon ball, Slam Dunk et One Piece.
Le 7e volume, publié par VIZ Media, est devenu le premier manga à remporter un prix Quill après avoir gagné le prix du « Meilleur roman graphique » de 20068. Le manga a également figuré dans la liste des articles les plus lus dans le USA Today Booklist avec le volume 11, faisant de lui le manga le mieux classé sur la liste, jusqu’à ce qu’il soit dépassé par le volume 28 qui a atteint la 17e position lors de son lancement en mars 200811,12,13. Le tome 28 est le volume le plus vendu au cours de sa première semaine et aussi le volume le plus vendu en 2008 aux États-Unis14,15. En avril 2007, le volume 14 a gagné le « « Manga Trade Paperback of the Year » Award », décerné par Diamond Comic Distributors à VIZ Media16. À partir de 2008, Naruto est devenu le manga le plus populaire aux États-Unis avec 31 volumes publiés jusqu’à cette période17, alors que le mot « Naruto » est l’un des dix termes les plus demandés sur le moteur de recherche « Yahoo! » en 2007, 2008 et 200918,19.
La série a reçu des éloges et des critiques de plusieurs sites web spécialisés dans le manga, l’animé ou les jeux vidéo. A.E. Sparrow du site IGN a noté la façon dont certains volumes se concentraient sur certains personnages, augmentant ainsi leur intérêt et le nombre de fans. Il a également félicité la manière de Kishimoto de combiner les scènes de combat avec des scènes humoristiques et les bonnes illustrations20. Cependant, le magazine Neo présente Naruto comme un personnage « irritant », et attribue à la série une « addiction presque écœurante » à son niveau de qualification21. Carl Kimlinger de Anime News Network (ANN) fait l’éloge du design des personnages de la série, chacun ayant une apparence et un caractère unique. Il a également noté que même les « personnages au style extravagant » pouvaient agir d’une manière « sacrément cool » au combat. Toutefois, Kimlinger remarque que dans certains volumes, il y a plusieurs combats qui se suivent et ralentissent le bon déroulement de l’histoire, mais il a salué la façon dont chacune des batailles a apporté son lot d’émotion22. La série a également été félicitée par Javier Lugo de mangalife.com pour sa lecture toujours agréable après plusieurs volumes, et apprécie les antagonistes du manga ainsi que les scènes de combats. Lugo a aussi commenté les illustrations de Kishimoto qui rendent l’histoire « dramatique, excitante et correspondant au récit »23. Le début de la partie II a été salué par Casey Brienza de ANN. Elle a noté à quel point les personnages ont évolué avec leur nouvelle apparence et leurs capacités. Brienza a également salué l’équilibre entre l’intrigue et les scènes d’action permettant aux lecteurs d’apprécier l’histoire. Toutefois, elle a noté que les volumes ne sont pas tous de la même qualité24. Briana Lawrence de Mania Entertainement a ajouté que dans la partie II, le manga est plus « adulte » depuis que les personnages ont grandi, mais que les scènes comiques sont toujours présentes. Cependant les adaptations de Viz Media ont été décrites comme « incohérentes » en raison de la mauvaise traduction de certains termes japonais vers l’anglais, tandis que d’autres termes sont tout simplement laissés intacts25.

Manga
Le manga Naruto, écrit et dessiné par Masashi Kishimoto, est prépublié dans l’hebdomadaire Weekly Shōnen Jump de l’éditeur Shūeisha sous forme de feuilleton depuis novembre 1999 au Japon. Chaque lundi, un nouveau chapitre d’environ vingt pages en noir et blanc sort, avec parfois les premières pages en couleurs. Tous les deux à trois mois, un nouveau recueil de deux cents pages environ, regroupant en moyenne neuf des chapitres précédemment publiés dans le magazine, est publié par l’éditeur japonais.
La version francophone et la version néerlandophone sont publiées tous les deux mois directement sous la forme de tomes reliés par l’éditeur Kana depuis 2002 en Belgique, en France, au Luxembourg, au Pays-Bas, au Québec et en Suisse. Elles ont un retard d’approximativement trois tomes sur la publication japonaisenote 1.
Le tome 52 est sorti le 4 mars 2011 dans la zone francophone. Au Japon, le tome 54 est sorti le 29 décembre 2010 ; le magazine Weekly Shōnen Jump a actuellement pré-publié plus de vingt chapitres d’avance par rapport aux tomes.
Le récit peut grossièrement se couper en deux grandes parties : une première partie se déroulant sur approximativement un an d’après le premier databooknote 2 et se terminant au chapitre 238 « Le jour du départ » dans le tome 27 ; une seconde partie, toujours en cours de prépublication, se déroulant deux ans et demi plus tard. À ce découpage grossier s’ajoute un découpage plus fin en unités d’action (ou arcs narratifs).

Laisser un commentaire

 

Heroic drawing and cie |
dansebienetre |
LE BLOG PLAYMOBIL: PLASTIQU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Médiathèque de Barcelonnette
| morilles dans les pyrénées ...
| Nurserie Baby Paradize